Ferro-Lyon

Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…

  1. Page d'accueil
  2. Actualités

Il y a 50 ans fermait le funiculaire de la rue Terme

Publié le 31-12-2017 à 11h15

Le 31 décembre 1967 le funiculaire de Lyon à La Croix-Rousse effectuait sa dernière cordée. Ainsi disparaissait à plus de 105 ans le plus ancien funiculaire lyonnais ouvert au public le 3 juin 1862.

Son sort était toutefois visiblement scellé depuis quelques années. L’installation était ancienne et aurait nécessité de gros travaux pour être maintenue en service. Or les demandes de subvention faites par les collectivités locales au titre du 5e plan (1966-1970) ne portaient que sur la modernisation du funiculaire de Croix-Paquet. Il faut dire que sa gare basse restait à l’écart du projet de réseau de métro qui en était alors à ses premières esquisses. Pire, en cette période d’automobilisme triomphant, la gare haute de la ligne se trouvait exactement dans l’axe de l’extrémité du projet autoroutier LY2b, voie rapide alors en projet entre Rillieux et la Croix-Rousse. Cette pénétrante autoroutière, petite partie d’un schéma beaucoup plus large autour de l’agglomération, aurait en effet dû utiliser les emprises de la voie ferrée entre Lyon-Croix-Rousse et Sathonay. Autant dire qu’il était tentant de remplacer le funiculaire par une pénétrante routière depuis le secteur des Terreaux quasiment au centre de Lyon. Ainsi, dès juin 1966, le service de contrôle des voies ferrées secondaires et des transports urbains des Ponts et Chaussées du Rhône préconisait la modernisation du funiculaire de Croix-Paquet et l’abandon de celui de la rue Terme.

Le comité du syndicat des TCRL lors de sa réunion du 28 décembre 1967 décide l’arrêt définitif de l’exploitation du funiculaire au 31 décembre suivant. Dès les premiers jours de janvier 1968 la société TCL débute le démantèlement de l’installation, obéissant ainsi aux injonction du maire de Lyon, Louis Pradel. Le service de contrôle s’insurge contre ce démantèlement d’un installation appartenant alors à l’État, mais le préfet prend le parti du maire de Lyon. Ainsi, en moins de 6 mois le funiculaire est démantelé et ses voies sont remplacées par une chaussée routière à double voie en sens unique et réservée aux véhicules légers, débouchant sur le boulevard de la Croix-Rousse.

Après quelques années d’études, le projet d’autoroute LY2b est définitivement abandonné au début des années 1970 pour laisser la place à une voirie plus urbaine : le boulevard des Canuts. La chaussée routière remplaçant le funiculaire, elle, demeure telle une verrue dans l’environnement urbain. Cet égout à bagnoles est petit à petit caché par la couverture des secteurs encore à l’air libre. Notons au passage que cette installation routière est totalement démesurée au regard de la capacité de la rue Terme à assurer l’écoulement de la circulation automobile. Ceci permet donc de la fermer très régulièrement sans causer de congestions, que ce soit pour la vogue de la Croix-Rousse ou tout autre évènement. Lors des élections de 2001 et de 2008, le candidat Gérard Collomb avait fait la promesse, purement électoraliste, de supprimer cet entonnoir à voitures pour le remplacer par un funiculaire ou un remonte-vélos… Promesses oubliées dès le lendemain des élections. Peut-être attend-t-il sont quatrième mandat pour tenir cette promesse qu’il n’a plus fait en 2014.

On notera aussi que quasiment 30 ans auparavant le 25 décembre 1937, il y a donc 80 ans, le funiculaire de Saint-Paul à Fourvière fermait. Ce funiculaire, le dernier créé à Lyon a ainsi été le premier à fermer, sans avoir connu de modernisation. Jusqu’à la fin son entraînement a été assuré par une machine à vapeur installée en haut du plan incliné. Sa fréquentation était à vrai dire insignifiante sa gare base étant trop excentrée par rapport au réseau de tramway urbain. Le tramway qui prolongeait ce funiculaire sur le plateau vers le cimetière de Loyasse lui a survécu un peu moins de deux ans. Si dans les années 1960 des velléités de reconstruction du funiculaire ont été exprimées par le Maire Louis Pradel en lien avec l’urbanisation du plateau de Loyasse, là aussi rien ne s’est concrétisé. Le tunnel du funiculaire est toujours à l’abandon et l’ancienne voie du tramway est désormais un jardin public.